Ruines circulaires

Le Zèbre est peut-être de tous les animaux quadrupèdes le mieux fait et le plus élégamment vêtu.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Résultats de votre recherche de Disney.

mercredi 19 mars 2008

C'est si gentiment demandé...

C'est si gentiment demandé.

- Le premier film où je suis parti avant la fin : Le Livre de la jungle (Walt Disney - 1970), vu à 9/10 ans, sans mes parents, au cinéma La Renaissance, place de la victoire, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe. Un sentiment de profond ennui que je ressens encore à la simple évocation du film.

- Je me suis aussi beaucoup ennuyé à L'Aventure du Poseïdon (Ronald Neame - 1972), vu dans le même cinéma à 13 ans. Il me semblait évident que le bateau s'étant retourné , il fallait se diriger vers les cales, plutôt que vers le pont. Or ce problème occupe les personnages pendant une bonne demi-heure d'où mon exaspération. Mais le petit short que portait la jeune Pamela Sue Martin fit que je restais jusqu'au bout.

- Entre 1978 et 1980, j'ai vérifié systématiquement dans L'Officiel des Spectacles, si le film Je suis à prendre (Francis Leroi - 1977) était projetté. Ayant lu une chronique dans L'année du cinéma -1977 que ce film à caractère pornographique était excellent, j'ai fini par le voir dans une salle Alpha à Pigalle, en 1980, dans le cadre d'une double programmation. Je me souviens que nous avions (je l'ai vu avec un ami) poussé le fétichisme cinéphilique jusqu'à demander à la caissière l'heure de projection, ce en quoi elle fut fort étonnée, afin d'éviter l'autre film qui ne nous intéressait pas.

- Dans La Califfa (Alberto Bevilacqua - 1970), vu (je devais avoir 14 ans, le film étant interdit au moins de 13 ans) au Rex 2, Pointe-à Pitre, Guadeloupe, Ugo Tognazzi fait l'amour à Romy Schneider sur un sac de ciment, en lui précisant que le ciment a des vertus aphrodisiaques. Ce détail a du profondément me marquer puisque je ne peux voir un sac de ciment sans y penser.

- J'ai vu Cris et chuchotements (Ingmar Bergman - 1972) à 13 ans, c'est le premier film de ce réalisateur que j'ai vu, au cinéma Airport, Le Raizet, Guadeloupe. La climatisation dans cette salle, ouverte quelques mois auparavant, fonctionnait si bien que l'on ne pouvait y aller sans mettre un pull. Ce qui conférait aux soirées que nous y passions un caractère exotique. Je crois avoir eu très froid au cours de cette projection.

- Je n'aime pas les films Paramount... comprenne qui pourra.

dimanche 23 décembre 2007

J. Gracq (1910 - 2007).

AUJOURD'HUI




SOUVENIR

Charbonnages de France c'est fini (La presse).

D'UN PAYS ELOIGNE.


La notion même de travail est en train de pourrir, avec ce qu'elle impliquait de conquérant et de productif : dans ce monde déjà tourné et retourné de fond en comble, le travail ne s'attaque presque plus nulle part à la nature brute mais uniquement au travail humain précédent (...) L'instinct sent qu'une perversion particulièrement maligne, et qui tôt ou tard, obscurément, sera punie, s'attache à cette rage de défaire, pour refaire, qui tourne à vide et ne moud rien.
J. Gracq - Lettrines (un extrait ici ).

Entretien avec J. Gracq.