Il est des images dont on sait qu'elles resteront dans le souvenir. Ce photogramme extrait du premier épisode (intitulé The Smile) de la saison 2 de la série Homeland en fait d'ores et déjà partie.
Carrie Mathison (le personnage est interprété par Claire Danes) sourit. Écartée de la CIA, elle a, le temps d'une mission à Beyrouth, finalement été réintégrée sur le terrain. Elle s'est débarrassée de son poursuivant, a su retrouver les gestes d'antan. Elle sourit.
Mais peut-être est ce aussi l'actrice qui sourit de son bonheur de retrouver son personnage, le corps de celui ci, sa force et ses fêlures.
Claire Danes sourit.
Ce sourire est la marque d'une rencontre.
Comme chacun le sait les scènes de rire (ou d'ivrognerie) au cinéma provoquent le plus souvent un sentiment de gêne, elles nous paraissent toujours trop longues. C'est par leur excès qu'elles pêchent. L'impression que nous en avons est celle que l'acteur va au-delà de son personnage, qu'il, pour reprendre une formule bien connue, en fait trop.
A l'inverse dans les scènes de pleurs (encore que les mauvaises scènes de pleurs puissent être rangées dans la catégorie décrite ci dessus), il nous semble que l'acteur est débordé par son personnage, qu'il est en-deçà de celui-ci.
Ni au-delà, ni en-deçà, ce sourire est la marque d'une coïncidence.
Ce que nous révèle ce sourire fugace (le plan est assez court mais il vient clôturer la séquence) et qui en fait toute la beauté, ce n'est rien de moins qu'une présence.