Cette Sthénélaïs consume la cité

Et ne vend qu'à prix d'or sa chaude volupté.

Pourtant elle a couché nue et gratuitement

Près de moi, cette nuit dans un rêve charmant.

Nul besoin d'implorer cette femme implacable,

Ni de me lamenter puisque dans mon sommeil

Je me livre au plaisir d'un amour indomptable.

Méléagre (?), Le rêve suffit (trad : Ph. Renault).

Mes remerciements à Dominique Autié pour m'avoir, en ces temps troublés, révélé les joies de l'Anthologie Palatine.